Pluviometrics

A première vue, le baseball est un sport on ne peut plus ancré dans le réel. Il y a un terrain sur lequel évolue des joueurs, du matériel, des actions de jeu. Mais dès que l’on s’y intéresse de près, chaque geste devient potentiellement un phénomène quantifiable. On comptabilise, on ajoute, on soustrait, on pondère, pour en arriver à ce qui fait la fierté – ou le déshonneur – du joueur : ses stats ! Si le footballeur ne peut guère faire que l’inventaire de ses buts inscrits, le baseballeur a tout loisir d’étudier sous divers angles le résultat comptable de ses exploits ; tandis que les batteurs s’enorgueillissent d’un nombre de hits ou d’extra-bases qui, selon eux, leur vaudrait une place en milieu de line-up, les pitcheurs se gargarisent de strikeouts infligés aux malheureux batteurs adversaires. Les uns et les autres tâcheront de ne pas s’attarder sur la fatidique colonne “Erreur” du tableau de statistiques …

Au niveau auquel on évolue, l’échantillon est trop limité pour que nos bien-aimées statistiques soient véritablement révélatrices. Le baseball est un sport où les performances sont particulièrement volatiles et ce n’est pas en moins de 50 présences annuelles au bâton que l’on peut évaluer un joueur à sa juste valeur. D’autant plus que, malgré les efforts de nos dévoués scoreurs, les données ne sont pas toujours correctement exploitables, la faute à une rature ou à une poignée de feuilles de matche égarées par-ci, par-là. C’est en tout cas les arguments avec lesquels on essaie de consoler les moins bien lotis d’entre nous.
Heureusement, il est un domaine primordial pour le baseball régional, dans lequel les chiffres ne souffrent d’aucune contestation. Il s’agit bien évidemment de la météorologie, chère à nos grands-mères et nos grands-pères !

Vitesse et précipitations

Tout le monde le sait, le vrai baseball se joue sous un grand et beau soleil printanier. Or, celui-ci a choisi de jouer les divas et, à plusieurs occasions, n’a pas daigné répondre ni aux convocations des coaches ni aux prières des joueurs qui l’imploraient de sa présence. Résultats : moult rain-outs ou, en français, reports pour cause d’intempéries.
Ce qui nous amène droit à la question qu’on se pose tous : le climat de Paris est-il vraiment si pourri ?

A cette question, Sudistes et autres haters de la capitale s’empresseront de répondre oui. Mais ne cédons pas aux clichés et aux conclusions hâtives et, comme le ferait Billy Beane dans cette situation, essayons d’y voir un peu plus clair et ne raisonnons pas dans le vent mais à partir de chiffres. Voyons un peu les données qui nous sont parvenus de la station météo de Paris.

Données Climatiques à Paris
Normales Saisonnières Avril 2015
Précipitations 51,8 mm 56,2 mm
Jours de pluie 9,3 6

Certes, le ciel nous a fait don de quelques millimètres de plus qu’habituellement (56 contre 52) mais il a eu la bonne idée de les concentrer en seulement 6 jours contre 9,3 en moyenne les autres années. Bref, on aurait pu croire qu’en réduisant les jours de pluie les Dieux du baseball étaient bienveillants envers nous, pauvres baseballeurs. Il n’en aura été rien !
Sachant qu’il n’y avait qu’une chance sur cinq (6 jours de pluie sur les 30 que compte le mois d’avril) et qu’il y a eu 3 rain-outs, pas besoin d’être un brillant statisticien pour deviner que le poisse average d’avril 2015 était bien plus élevé que celui des autres années …

Perswimming Pool

Perswimming Pool

Revanche … au match aller !

Principale victime de ces reports à répétition : l’équipe 2 de baseball qui a vu son calendrier plus perturbé encore que le trafic du RER A un jour de mouvement social. Le 29 mars tout d’abord c’est l’ouverture de la saison contre l’équipe réputée pour être la plus cool du championnat, le PUC 5, qui doit être reportée pour cause de terrain impraticable. Le week-end suivant, ce ne sont pas les conditions météos qui sont responsables de la frustration des joueurs mais le forfait des Lions de Savigny.

Certainement que ces contrariétés successives ont donné faim aux Patriots car c’est sur un score sans appel (39-9) qu’ils triomphent des Templiers 5 au cours de leur première victoire acquise sur le terrain, le 12 avril. Mais les réjouissances sont de courte durée puisque dès la semaine suivante, ils chutent face au leader de la poule, Thiais 2.

Impatients de se racheter, les Parisiens devront attendre plusieurs semaines avant de reprendre leur marche en avant. En effet, c’est de nouveau les intempéries qui annulent le match contre les Bandits initialement prévu le 26 avril. Quant au match d’ouverture contre le PUC, reporté au 3 mai, il sera lui-aussi annulé, pour les mêmes raisons. L’ironie veut que le derby de Paris de cette année aura débuté par … le match retour, remporté par les Patriots 19 à 7. Mais la bande à Alexandre Vitry a dores et déjà promis de prendre sa revanche au match aller. Logique, non ?

L’ascenseur ?

Pendant ce temps-là, l’équipe 1 est passée entre les gouttes. Après une ouverture houleuse, la P1 a enchaîné les succès faciles et caracole désormais en tête de la poule unique du championnat de Régionale 2. Avec une run average de +13.2, les Patriots apparaissent comme étant sans rivaux et peuvent envisager sereinement la remontée.
Attention toutefois, la saison est encore longue : il reste pas moins de 11 matches à disputer d’ici mi-octobre et tout peut arriver. Il faudra certainement attendre la fin de la phase aller pour voir qui seront nos principaux challengers. Ce 17 mai, la réception de St Leu, actuel dauphin des Pats, est l’occasion idéale de faire le break.

Petits et gros bobos

Il n’y pas de saison de baseball sans son lot de blessures, petites ou grandes. Voici une liste non-exhaustive des motifs de séjour sur la Disabled List :

  • Subluxation antérieure de la tête humerale
  • Luxation d’une épaule suite à un swing à une main
  • Fracture de Pouteau-Colles
  • Déchirure musculaire
  • Fracture du IV ou III doigts de la main droite
  • Et enfin, une jolie collection de tendinites : bicipitale à son insertion distale, tricipilale ou encore épicondylite. Que des habituées de l’infirmerie du baseball !

Les jeunes ont de l’avenir

Vous le savez peut-être, le Comité Directeur a fait de la création d’une section jeunes une des priorités du club. En attendant, notez bien qu’une journée consacrée aux bambins se tiendra le 27 juin. Nous y reviendrons dans un prochain article.
Sinon, sachez que cette année le Père Noël s’appelle JP, il arbore une aussi jolie barbe que St Nicolas et il ne faudra pas patienter jusqu’à décembre pour le voir passer. Voici un petit aperçu de ce que contient sa hotte :

Des gants pour les petits et les grands.

Des gants pour les petits et les grands.

Coupe d’Europe : M-1

Alors qu’approche à grands pas le premier playball de la Poule A qu’accueilleront Chartes et Paris du 2 au 7 juin prochain, nos amis Pucistes sont en difficulté dans le championnat français. Avec actuellement 5 victoires pour 7 défaites, ils sont stagnent en milieu de tableau, bien loin l’ogre rouennais qui réalise jusque-là un sans-faute qui semble le mener vers une reconquête attendue d’un titre cédé aux Templiers la saison passée.
Si les pucistes veulent faire honneur à la patrie et à leurs supporters, il va falloir qu’ils passent la vitesse supérieure. Pas la peine de préciser que néerlandais et italiens ne se déplaceront pas pour faire de la figuration.
Pour tout savoir sur la Coupe d’Europe, lire ceci : Paris accueille la Coupe d’Europe.

Sur votre agenda

Les prochains matches

Dimanche 17 Mai

  • Patriots 2 – Bandits | Mortemart 11h
  • Patriots 1 – St Leu Blue Stars | Mortemart horaire à confirmer

Dimanche 24 Mai

  • Savigny 2 – Patriots 2 | à Savigny-sur-Orge
  • Patriots 1 – Sénart 4 | à Vincennes

Copinage

Bérénice Dziejak, secrétaire du club, vous invite à la Nuit de la Littérature qui aura lieu samedi 30 mai dans le quartier du Canal St Martin à partir de 17h. Le temps d’une soirée, déplacez vous de lieu en lieu et venez assister à des lectures suivies de discussions avec les auteurs invités.
L’entrée est libre, dans la limite bien sûr des places disponibles. Après avoir étanché votre soif de culture, vous pourrez prolonger la soirée par une prodigieuse after party au Point Ephémère qui promet d’être autant arrosée que ce début de saison.

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *