Le séjour estival sur les plages d'Aquitaine, un moment fort de la vie de la section.

Les Patriots à la plage

Le plus important déplacement de l’équipe de softball depuis la création de la section en 2010 s’est soldé par une tout à fait honorable 5è place. Si le bilan sportif est encourageant, malgré des hauts et des bas au cours du week-end, le bilan humain est on ne peut plus positif. L’organisation aura été sans défaut et, de l’avis de tous, le séjour ne laissera que de bons souvenirs. Un groupe est né …

Le vendredi

Un peu comme les pèlerins qui partent des quatre coins de l’Europe pour converger sur les routes de Compostelle, les softballeurs et leurs renforts se sont rendus à la Teste en plusieurs convois séparés. Les plus chanceux auront pu éviter les ralentissements causés par l’incendie qui a dévasté la forêt aux alentours de Bordeaux ; les autres ont fini par toucher au but en début de soirée.
L’installation du campement n’est pas sans difficultés mais face à l’adversité pratique, les Patriots restent solidaires et chacun vient en aide à son voisin. Grâce à ce bel esprit d’équipe, personne ne dormira à la belle étoile. Vient alors l’heure du repas.
Le barbecue est géré de mains de maître par Will et Anthony qui auront réussi à alimenter tout le monde en grillades et ce, sans trop déborder sur l’horaire autorisé par le patron du camping, qu’on aura découvert très à cheval sur ce principe. On passera sous silence la suite de la soirée qui se poursuivra sur une plage non loin de là et où l’alcool aurait coulé dans le gosier de certains plus qu’il ne faut.

Les gobelets vides se remplissaient bien vite.

Les gobelets vides se remplissaient bien vite.

Le samedi

Surprise au réveil : tout le monde ou presque est debout à l’heure. Chris et Bérénice, pour le grand bonheur de tous, se sont chargés d’apporter les viennoiseries qui apporteront les bonnes calories nécessaires en vue de la journée à venir. Jessica, quant à elle, nous fera goûter le café à la canadienne. Une fois ce copieux petit déjeuner pris : direction la plage de la Lagune ! En effet, il est grand temps d’étrenner les nouveaux maillots.
Pour ceux qui ne connaissent pas bien les différentes variantes de la “balle molle”, le slowpitch se différencie du fastpitch qu’on pratique habituellement. Si le lancer se fait aussi par en-dessous, la trajectoire doit décrire une courbe dont le sommet dépasse en hauteur la tête du frappeur. Pour faire simple, il s’agit d’une belle cloche.
Le pitch n’est appelé strike qu’à condition qu’il retombe sur une surface formée par le marbre et le tapis qui l’entoure. Les coureurs ne sont pas autorisés à prendre leur lead que quand la balle a touché le sol ou qu’elle a été mise en jeu ou encore, qu’elle soit arrivée dans le gant du catcheur. Pour le reste, c’est le softball qu’on connaît, enfin, du softball sur la plage !

Profitant que le règlement autorise un nombre illimité de permutations défensives et de frappeurs sur le lineup, les coaches décident de faire jouer l’intégralité de leur effectif ; les postes seront doublés : une moitié jouera les manches impaires, l’autre les manches paires. C’est avec une grande discipline que les joueurs se partagent le temps de jeu. Plus que jamais, on pourra dire que le résultat, quel qu’il soit, aura été obtenu en équipe, par TOUTE l’équipe.

Les hostilités débutent sur le terrain n°2 face aux organisateurs, les Pirates du Bassin. C’est l’occasion de découvrir qu’Anthony est un slowpitcheur né : à sa motion on reconnaît d’un coup d’oeil le bouliste qui a remporté un concours de doublette à Cannes il y a quelques années. Un talent qui ne sera pas inutile le lendemain lors de la partie de boules opposant les garçons aux filles de l’équipe. Mais revenons au jeu. Les Patriots remportent cette entrée en matière et on peut dire que les parisiens ont pris leur marque dans le sable.
Dans le deuxième match : les retrouvailles avec nos amis de Cergy. L’occasion de prendre une revanche sur la finale du T.I.P. ? Les revanchards déchantent bien vite car les Teddy Bears prennent les devants très tôt dans la partie. Tout porte à croire qu’ils se dirigent vers une victoire finale. Mais c’est sans compter sur la réaction d’orgueil des Pats qui entament une belle remontée. On se met même à croire au renversement de situation ! Hélas, le temps réglementaire est écoulé trop tôt : les Cergyssois l’emportent 12 à 9. Le lendemain, on apprendra que le scoreur avait oublié 2 runs aux Patriots.
L’après-midi est consacrée à une longue pause digestive au soleil. Pour le dernier match de la journée, les Patriots ont rendez-vous avec l’entente Andernos / St Aubin sur le terrain n°1. On ne le sait pas encore mais les futurs vainqueurs sont là. Et à les voir jouer, on comprend vite pourquoi. Supérieurs dans tous les domaines du jeu, les Corsaires sont intouchables. Le score est sévère : 29 à 4. Plus que l’ampleur de la défaite, c’est l’ampleur des dégâts aux tympans qui inquiètent, le responsable de la sonorisation tenant à tout prix à être correctement entendu des deux côtés de l’Atlantique …

These go to eleven ...

These go to eleven …

Le temps que tout le monde prenne une bonne douche et que Brice revête ses plus beaux habits de soirée, nous voilà partis pour le banquet organisé par les locaux. Contrairement à ce qu’on pouvait craindre, la soirée sera finalement assez sage, plus sage que celle de la veille. A croire que les coaches n’avaient accordé à personne la permission de minuit.

Zack à la frappe.

Zack Attack.

Le dimanche

La troisième et dernière journée de l’aventure débute par une opération de grande ampleur : le repli des tentes et le lever du camp. Après avoir salué une dernière fois notre nouvelle amie, Ginger, la chienne de nos voisins d’emplacement, retour à la plage de la Lagune avec au programme l’ultime rencontre des phases de poule face aux French Cubs de Chartres. A la recherche de sa première victoire du week-end, l’adversaire semble à la portée des Patriots. Hélas, il semblerait que les mieux réveillés se trouvent dans l’autre camps : les bourdes sur base succèdent aux cafouillages et aux mauvais choix défensifs et voici que les Pats laissent échapper un match largement à leur portée. La bonhomie a fuit les visages, les têtes sont basses. Seule bonne nouvelle de la matinée : un run average classe, de justesse, les Parisiens à la troisième place du groupe. Un hold up au vu du niveau de jeu depuis deux matches. Qu’importe, le match pour la cinquième place peut offrir une occasion de se racheter.
Puis vient l’heure du homerun derby. Chaque équipe dépêche un candidat et une candidate. Galanterie oblige, ce sont les féminines qui ouvrent le bal. Jen, qui fera son entrée sur le terrain accompagnée des Sardines de Patrick Sébastien, fut notre représentante. Hélas, elle ne pourra rien faire contre la frappeuse d’Andernos qui raflera la mise à juste titre. Zack, quant à lui, s’est chargé de défendre nos couleurs dans un concours finalement remporté par un membre de l’équipe formée pour l’occasion, les Panthères TV de Paris.
Arrive enfin les matches de classement. Face aux Patriots en plein doute : les Angels de Périgueux. La tâche ne s’annonce pas simple. Et le début du match le prouve : les deux équipes sont au coude à coude. On pensait les Patriots fragilisés mais les Parisiens montrent un tout autre visage. Prenant petit à petit la mesure de l’adversaire se détache et file droit vers la victoire. Score 7 à 4. L’honneur est sauf !

Soulagés d’avoir accroché la 5è place, les Patriots peuvent assister en toute sérénité à la grande finale qui couronnera les Corsaires d’Andernos au détriment des Panthères TV à l’issue d’un match serré qui aura tenu toutes ses promesses.
Après une remise de prix toute en bonne humeur, il est temps de prendre un dernier bain avant de reprendre la route pour l’Île-de-France. Vivement l’été prochain !

Perche à team selfie.

A côté du parasol, on nous regarde bizarrement.

Highlights Patriots

Voici une compilation parfaitement arbitraire des meilleures actions du week-end :

  • l’ingénierie collective qui a permis de monter la tente à 2 chambres en moins d’une heure
  • le coup de feu de Brice pour un caught stealing en 2 de toute beauté
  • ces courses sur base qui se sont achevées par un gadin dans le sable
  • les massages de Jessica
  • le catch en toute sérénité de Pierre en champs droit
  • l’opération secours de JP “McGyver” Germain pour désembourber la ThomasMobile
  • le pouce magique façon E.T. de Christopher
  • le plongeon de Flo en champs gauche
  • la réplique de Thomas au cours de la même manche, un sombrero sobrement vissé à sa tête
  • et enfin, la combinaison “fly-assist” puis retrait de Jessica pour JP
On prend du bon temps entre deux matches.

On prend du bon temps entre deux matches.

La Mascotte

Elle répond au doux nom de Filoche. Face jaune elle est douce et poreuse, face verte elle devient impitoyablement rugueuse. Pas besoin d’aller plus loin dans la description, les plus perspicaces d’entre vous l’ont déjà deviné : il s’agit non pas d’une joueuse mais bien d’une éponge. Et oui, cette habituée des éviers de nos cuisines était tout aussi indispensable à ce week-end de camping que nos battes et nos gants. Et après de bons et loyaux services auprès de nous, Filoche a gagné le droit de jouir d’une retraite touristique qui ferait rêver bon nombre de juillettistes.

Filoche au sommet de la dune de Pyla.

Filoche au sommet de la dune de Pyla.

C’est au nom de toute l’équipe que nous te souhaitons bon vent, Filoche !

Le Palmarès

Classement Final

  1. Andernos / St Aubin
  2. Panthères TV Paris
  3. Bourges Falcons
  4. Cergy Teddy Bears
  5. Patriots de Paris
  6. Périgueux Angels
  7. Pessac Panthères
  8. Chartres French Cubs
  9. London Voodoos
  10. Pirates de la Teste

Homerun Derby

Féminin

  • Alexandra (Andernos / St Aubin)

Masculin

  • Hayato (Panthères TV Paris)

Les récompenses

Prix du Fair-Play

Classés une place devant nous, les Teddy Bears de Cergy était sportivement à notre portée. Mais une chose est sûre, concernant le fair-play : ils étaient loin devant tout le monde !

Tenue la plus originale

Attribué aux Panthères TV de Paris, les all-stars vêtus de rose venus de toute l’Île-de-France. Certes, ils étaient bien beaux à voir jouer mais nul doute que l’avis du jury n’était pas partagé du côté de la boutique Macron du 14è.

Prix Spécial

Attribué à l’équipe qui a fait le plus long chemin pour venir, et de loin : les Voodoos de London.

Toutes les équipes sur une même photo !

Toutes les équipes sur une même photo !

L’album souvenir

[print_gllr id=1763 display=short]

Bonus

Un reportage vidéo de TV Bassin d’Arcachon.
Certes, il s’agit du tournoi du week-end suivant, mais ce document suffit à se représenter l’ambiance sur la plage. Les plus attentifs d’entre vous reconnaîtrons Anaïs.

Et pour conclure, un petit .gif animé, ça fait toujours plaisir.

Et pout conclure, un petit .gif animé, ça fait toujours plaisir.

1 Comment. Leave new

Gaetan Alibert
13 août 2015 21 h 34 min

Excellent ! Ça me rappelle mes deux tournois de plage du côté de Beziers quand je commençais le softball la décennie dernière. Hâte d’y goûter à nouveau !

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *